Gin tonic

Le bonheur n’est pas là où vous le pensez, Gaêl Brûlé

gael-brulé

A quelques minutes de fermer ce livre, je commence à écrire cet article pour être encore dans mon sentiment de l’instant. Je suis assez déçue de ce livre, je n’avais pas de grandes attentes, sauf peut-être l’idée qu’on parlerait Développement Personnel et on n’apprend qu’en POSTFACE que finalement, non. Cela aurait dû venir dès le début.

J’ai ce sentiment que Gaël Brûlé a survolé le sujet, même en l’abordant par le biais de la société, de cet objectif social, très pragmatique voir éthologique. J’ai du mal à retirer quelque chose de ce livre, il a confirmé certaines choses que je savais ou que je sentais, sans aller plus loin.

Parfois, certains livres nous apportent leur message plus tard, le temps de bien assimilé. Je verrai dans quelques semaines si c’est le cas pour cette fois. Je vous recommande de vous le faire prêter, de l’emprunter à la bibliothèque ou de l’acheter d’occasion.

J’en retiens tout de même quelques bribes, concepts et idées à développer. Cela a confirmé certaines vérités que je m’appliquerai à approfondir : entretenir des liens forts et des liens faibles avec des personnes que je ne connais pas, me « politiser » ou en tous cas m’informer un maximum sur ces sujets de société que j’esquive depuis toujours par flemme (féminisme, écologie, politique, économie…), s’impliquer plus dans ma collectivité…

Extrait du livre qui pour moi est intéressant : les 10 tremplins vers le bonheur
 1. Faire des choses « par » motivation positive (intérêt, curiosité et devoir) et non « pour » les autres, pour faire plaisir. Il faut apprendre à savoir s’écouter.

2. Faire un pas vers celui qu’on ne connaît pas : cela permet le partage, les informations, d’opportunités en tous genre très différentes de celles que l’on aurait en restant dans notre cercle connu.

3. Faire un pas vers celui que l’on connaît

4. Combiner ponts et portes

5. Vers une conscience collective

6. Vers davantage de responsabilités

7. Individu-collectif : dépasser l’opposition

8. Politiser les personnes, personnifier le politique

9. (Re)penser le local

10. Faire sa part

On apprend aussi :

Que la France est un des pays où l’on se sent le moins heureux, même si l’indice utilisé ne semble pas prendre en compte tous les aspects du bonheur et un axe trop économique. Que les pays les plus heureux sont « petits » et donc plus proche du gouvernement et du décisionnel. Ils ont donc le sentiment d’être impliqués et responsables (une composante principale du bonheur).

Que les pays nordiques, anciennes sociétés de pêcheurs et non agraire comme nous en France, sont plus heureux car ces sociétés étaient organisées de façon plus individuelles dans le travail. Avec l’agriculture, plus besoin de faire travailler « tout le monde » et donc le sort de certaines personnes sont sous la coupe d’autres personnes qui détiennent les récoltes.

Qu’on est pas plus heureux en étant jeunes car nos attentes sont plus grandes. L’âge le plus heureux se rapproche des 70 ans ! Que les plus riches ne sont pas forcément plus heureux, que les plus pauvres non plus…

Petite histoire : Avant de publier l’article, j’ai publié une story Instagram dans laquelle je taguais l’auteur et la maison d’édition. J’ai été agréablement surprise de recevoir un MP de l’auteur pour me demander mon avis. Cela ne m’était JAMAIS arrivé, j’ai joué la transparence et l’honnêteté. Gaël a été très ouvert d’esprit malgré mon avis mitigé. J’ajouterai donc une mention extraordinaire pour ce Monsieur !

Sortie du livre : 26/09/2018

You Might Also Like

Votre avis m'intéresse ! Lancez-moi des défis mode, j'adore. Une pièce que vous aimez mais ne parvenez pas à porter ? Un sujet que vous aimeriez que je traite. Ecrivez-moi un petit commentaire :)

Challenge 150€, vous voulez participez ? Ecrivez moi à giseleisnerdy@gmail.com !

Pas de commentaires

Leave a Reply