Challenge 150 Femmes

Challenge 150 #73 – Isis de Paname

IMG_2957

IMG_2957 IMG_2985

La création des challenges partaient d’un constat, le style n’est pas une histoire d’argent, ce n’est pas une histoire de sexe non plus, ni d’âge ! Ce challenge est très symbolique pour moi et me tiens à cœur. J’ai eu la chance de rencontrer Isis lors d’un déjeuner entre blogueuse, organisé par Inès. Je ne connaissais aucune des blogueuses présentes ce jour là, j’ai appris à les découvrir. J’ai recontacté Isis, à qui j’avais expliqué mon concept et j’avais vu qu’elle avait trouvé ça cool ! Elle a accepté le jour même de participer.

Isis est une femme avec du caractère, elle utilise son blog pour diffuser ses billets d’humeur mais pas que ! Elle est journaliste mode depuis des années et avec l’arrivée des blogueuses, elle avait de moins en moins de demandes de piges. Elle s’est alors dit, pourquoi pas moi ? Isis est blogueuse mais une blogueuse atypique puisque son cheval de Troie est d’être transparente, de communiquer des informations sur la vie et les revenus des blogueuses et son avis. Ce qui lui a valu quelques déboires, mais elle aujourd’hui bien de retour !

C’est un exemple ! Malgré les épreuves professionnelles, qu’elle subit encore, elle a réussi à se relancer. Vous pouvez découvrir son projet du moment, la petite gazette de la mode, une initiative super sympa pour revenir au papier et à l’imprimé. C’est un A3 plié en noir et blanc que vous pouvez acheter en librairie à ces adresses et via Tictail.

J’espère que cette rencontre vous aura plus ! Bon week-end.

Combi blanche Monki – 69.99 €
Sac Marni pour le Bon Marché – 65 €
Espadrilles : 7 € (Intermarché de Marseille)
Bijoux personnels : Louise Hendricks
Total du look = 141.99€

IMG_2977

IMG_2989 IMG_2991 IMG_2980

IMG_2964

IMG_3016

IMG_3026 IMG_3006 IMG_3009 IMG_3004

Que fais-tu dans la vie ? Ton âge ?
J’ai 43 ans (23 dans la tête) et je suis journaliste.

Quelle est la pièce la plus chère de ton dressing ? Et la moins chère ?
La pièce la plus chère : le sac Muse Two d’Yves Saint Laurent
La moins chère : une chemise de nuit de grand mère en gros coton à 2 euros.

Comment alimentes-tu ton dressing ? Besoin, coup de cœur, soldes, vide dressing…
Je fonctionne beaucoup aux coups de cœur.
J’aime les pièces basiques : pull marine, tee shirt blanc, chemises bleues ou blanches
Et les tennis : que des Adidas
Je déteste les soldes qui poussent à la consommation à outrance. Par contre, j’adore les friperies.
Une chose m’importe : la qualité. Je suis une maniaque du coton.

Que te manque-t-il ? Une nouvelle pièce en tête que tu aimerais acquérir dans ton dressing ?
Il ne manque rien et en même temps il manque toujours quelque chose..
Là tout de suite maintenant, je n’ai pas spécialement d’envie… Je réfléchis… Rien.. je dois être malade !

Quel est ton budget mensuel pour ton dressing ?
Je n’ai pas vraiment de budget moyen. Cela dépend des saisons. L’hiver je privilégie les pièces nobles (beaux manteaux, pull cachemire). L’été, je ne dépense pas beaucoup, car je suis habillée toujours pareil : robe ou short en jean, associé à une chemise avec les manches retroussées à la Jenna Lyons.

Ta meilleure adresse sur Paris ?
Incontestablement, Monki 96, rue de Provence. J’ai l’impression d’être dans une boutique londonienne. Il faut fouiller pour trouver le graal. Ils ont aussi des très bons basiques : jean, tee shirt.
Et ce sont les seuls à proposer des jupes culottes !
J’adore aussi aller fouiner au Comptoir Général.

Plus généralement, le style c’est quoi pour toi ?
Être bien dans sa tête et dans ses pompes

Le matin lorsque tu te lèves, comment choisis-tu ta tenue ?
En fonction de mon humeur, et de mon nombre d’heures de sommeil.
Et aussi en fonction de mes rendez-vous. Comme je travaille de chez moi, je suis une adepte du casual….

Peux-tu nous parler un peu de ton travail ? Et nous faire un bilan du journalisme “mode” aujourd’hui ? Quel est ton meilleur souvenir ?
Vaste sujet ! La presse souffre, les journalistes de mode perdent de leur crédibilité avec l’émergence des blogueuses qui sont de plus en plus influentes et perdent aussi de leur liberté de parole.
Les annonceurs font, à mon goût, un peu trop la pluie et le beau temps dans les rédactions. Bref, il faut que la presse mode se réinvente, sinon elle va droit dans le mur.
Mon meilleur souvenir dans le métier ? Quand on pouvait dire ce que l’on veut sans s’attirer les foudres des annonceurs.

Pourquoi t’être lancée dans cette aventure du blog ?
Mon blog est un blog d’humeur. J’essaie de dénoncer ce qui ne va pas dans notre société… et je parle aussi de tout : mecs, amour, réseaux sociaux, société, travail, mode… au gré de mes humeurs. Tout m’inspire !

Peux-tu nous parler de ta gazette ? Comment la recevoir ?
La Petite Gazette de La mode est une aventure de dingues et un pari audacieux : relancer le papier à l’ère du numérique, vendre du papier à l’ère du gratuit.
Et avoir un journal mode sans publicité.
Mon credo : la liberté d’expression
On parle de mode mais sans imposer des diktats. J’ai envie que mes lectrices soient libres !

La petite gazette de la mode est en vente via le site Tictail (http://lagazettedelamode.tictail.com)
Et dans certains lieux à Paris (pour le moment) :
– Librairie du Lycée Jules Ferry 55 rue de Douai 75009 Paris
– Librairie 16 rue des Saint Pères 75007 Paris
– Boutique d’Aude Joli Jour 14 rue Bausset 75015 Paris

 

Crédit photo Giseleisnerdy
Lieu : Rue Sainte-Marthe
INSTAGRAMFACEBOOKTUMBLRPINTERESTTWITTER

You Might Also Like

Votre avis m'intéresse ! Lancez-moi des défis mode, j'adore. Une pièce que vous aimez mais ne parvenez pas à porter ? Un sujet que vous aimeriez que je traite. Ecrivez-moi un petit commentaire :)

Challenge 150€, vous voulez participez ? Ecrivez moi à giseleisnerdy@gmail.com !

Pas de commentaires

Leave a Reply